Le lit au sol : bilan 9 mois après

J’avais initialement prévu d’écrire cet article au bout de trois mois, mais le temps filant à la vitesse que l’on connait, je ne l’ai finalement pas fait… Pourtant, ce sont vraiment les trois mois qui ont marqué un changement dans notre organisation, avec ce lit au sol façon Montessori.

Parce qu’à trois mois, le lardon a commencé à se retourner sur le ventre.

Depuis sa naissance, j’en parle dans ce bilan après 1 mois, il dormait dans un Bibed. Gentiment sanglé avec ce scratch dont le bruit l’a réveillé plus d’une fois, nous le trouvions exactement à l’endroit où nous l’avions laissé : pratique, safe, aucune inquiétude à avoir. Et puis, il a commencé à comprendre qu’en poussant sur son talon, il pouvait provoquer une rotation de la barrique qui lui sert de bidou, et hop ! se retrouver sur le ventre. Etalé telle la tortue à l’envers, battant des bras et des jambes dans le vide. (j’exagère à peine !)

img_0431

Le souci, c’est que cette position est rapidement devenue sa préférée. Alors quand on t’assène qu’il faut faire dormir les bébés sur le dos, sinon c’est dangereux… Evidemment, tu stresses un poil. Il s’est mis à ne dormir que sur le ventre. Et bien sûr, en étant incapable de se remettre lui-même sur le dos 🙂 Cette aptitude-là n’est venue qu’un ou deux mois plus tard. Vers trois mois et demie, nous avons donc supprimé le Bibed par sécurité (ils préconisent de ne pas y laisser dormir un bébé qui sait se retourner), et le lardon s’est retrouvé sur son matelas 60×120.

Deux jours plus tard, on ajoutait un second matelas (d’appoint) à côté, afin de faire un grand lit carré de 120 de côté. Car le lardon, qui donc se retournait, avait une fâcheuse tendance à tomber par terre. Pas de très haut, je vous rassure, mais bien assez pour que ça le réveille.

img_0433

Pendant les deux mois qui ont suivi ce passage « hors Bibed », ses nuits ont été chaotiques. Difficile, honnêtement, de savoir si c’était uniquement lié à ce changement de lit. Il n’arrivait pas à se remettre sur le dos, ce qui pouvait très bien l’agacer. En plus, j’en parle dans cet article sur l’allaitement, nous avons découvert plus tard qu’il n’était pas assez nourri. Une chose est certaine : consoler un bébé est bien plus facile quand on peut s’asseoir ou s’allonger à côté de lui. Cela nous est arrivé plusieurs fois, lors de ses poussées dentaires vers 5/6 mois, de prendre un plaid et de nous allonger sur son petit matelas d’appoint pour glaner quelques minutes de sommeil en lui tenant sa microscopique menotte.

Et puis, à force de patience et de biberons de lait artificiel bien remplis, nous avons progressivement retrouvé de meilleures nuits. La solution que nous avons n’est pas idéale, car l’un des deux matelas est dit « d’appoint » et clairement il n’est pas adapté. Il est tout fin, se replie un peu et glisse facilement donc ça arrive régulièrement que dans son sommeil, le lardon le pousse et se retrouve à dormir contre le parquet directement. (On fait un peu parents indignes là, mais que voulez-vous). Nous avons prévu de le passer sur un lit 190×90 avec cadre à lattes d’ici quelques semaines, en sécurisant le tout avec un petit matelas au bord, car là pour le coup s’il tombe ça fait haut.

Au top pour prendre des idées et s'inspirer !
Au top pour prendre des idées et s’inspirer !

La question que l’on nous pose très régulièrement c’est : mais il ne sort pas pour aller jouer ? Et la réponse est non… D’une part parce qu’il est dans le noir complet,  d’autre part parce que – et je l’avais lu dans Vivre la pensée Montessori à la maison, la nuit, un bébé dort. C’est vrai ! Enfin, si on excepte les « Mamaaaaan, j’ai perdu ma tétine », « Maaaaman, j’ai faaaim », « Papaaa? Ma couche a débordé s’t’euplaaait »  et autres « Papaaa, Mamaaan, on peut faire un Scrabble, je suis entre deux cycles de sommeeeeil ! » – j’ai un super décodeur de cris de bébés, je vous le conseille 😉 Mais bref, pour l’instant en six mois nous n’avons pas retrouvé le bébé en train d’essayer de jouer au beau milieu de la nuit. Par contre, les weekend après la tétée de 7h, au lieu de le recoucher dans le noir je le laisse assis au milieu de sa chambre, je lui donne un panier rempli de jouets, et j’ouvre ses volets ou allume la lumière. Comme ça, lui joue pendant que je retourne larver sous la couette avec l’Homme, et ça ne décale pas son rythme par rapport à la semaine. En général, il tient jusqu’à 8h30/9h, heure à laquelle il se met à taper contre sa porte ou les murs (véridique) car il sait que ça nous attire comme les mouches sur un étron.

Sur cette belle conclusion, je vous laisse avec quelques p’tites photos de sa chambre, et si vous avez la moindre question/remarque sur ce système de lit au sol, vous savez comment les poser ! 🙂

img_0435

img_0481

img_0485

Advertisements

2 réflexions sur “Le lit au sol : bilan 9 mois après

    1. Hello ! Alors, nous avons de la chance, notre fils a l’habitude du lit parapluie puisqu’il fait ses siestes dedans chez sa nounou. En revanche nous n’en avons pas à la maison, et l’été sa chambre peut monter à 28°C… Donc nous mettons son matelas dans un coin d’une chambre au rez-de-chaussée (chambre sécurisée au préalable évidemment), et il dort dessus. Du coup, si on devait partir en voyage sans lit parapluie à disposition, je pense que l’on opterait aussi pour cette solution de matelas d’appoint posé dans un petit coin 🙂
      Bonne journée !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s