About miracle mornings

Mais c’est quoi, le miracle morning ?

Il y a quelques mois maintenant, Hal Elrod a mis un grand coup de pied dans la fourmilière de nos vies quotidiennes avec son livre Miracle morning. Phénomène planétaire, il y prône une vie plus épanouie, plus riche, plus satisfaisante grâce à un principe très simple : levez-vous très, très tôt le matin et prenez le temps de faire des choses pour vous. Mais lorsqu’on dit « très tôt », c’est vraiment tôt, on parle de 5h30 du matin.  L’idée, c’est de profiter de cette fenêtre de temps supplémentaire pour :

  1. Réussir à vous lever facilement
  2. Prendre le temps de faire des choses pour vous
  3. En cumulant ces morceaux de temps personnel, réaliser ses rêves.

Dit comme ça, c’est sûr que ça fait rêver. Et si notre véritable moi, celui qui brille et qui est épanoui, n’était finalement qu’à un réveil matinal de notre nous actuel ?

landscape-411712_960_720.jpg

Alors oui mais…

Plusieurs choses me dérangent avec cette méthode et je vais essayer de les exposer de manière ordonnée.

D’abord, ça me fait penser à tous ces posts, articles ou memes qui présentent des gens ordinaires ayant accompli des actions extraordinaires, du moins pour eux, et qui concluent avec un bon gros « What’s your excuse ? » Une façon de sous-entendre que, si tu n’as pas fait tes cinq heures de sport chaque jour après ton accouchement alors que Madame Untel a bien réussi, bah, t’es quand même pas loin d’être une looseuse. Que Madame Untel ait réellement fait ça, c’est une chose, et si elle y trouve son compte tant mieux pour elle. Mais qu’on ne vienne pas me présenter sa performance personnelle comme une échelle de comparaison avec ma propre vie.

C’est ce premier point qui m’ennuie avec le Miracle Morning. Tel que je le vois, j’ai l’impression qu’il dit aux autres, à ceux qui n’arrivent pas à se lever facilement, quelque chose comme « Hé les baltringues, faites un effort, vous n’êtes qu’à 70% de ce que vous pourriez être, c’est quoi votre excuse ? ». Or on peut très bien avoir une vie épanouie et en être fier, même si le réveil ne sonne qu’à 6h40… Et même si l’on trouve que c’est encore bien trop tôt pour se lever.

Ensuite, comme toutes les méthodes, celle-ci propose une liste de six choses à faire le matin, le Life S.A.V.E.R.S (là encore le champ lexical m’agace un peu). Voici l’acronyme déroulé :

  1. S – Silence
  2. A – Affirmations
  3. V – Visualization
  4. E – Exercise
  5. R – Reading
  6. S – Scribe

Il s’agit donc, de prendre du temps pour méditer, pour lire, écrire, faire du sport, et plus nébuleux : affirmer et visualiser. Se répéter, à soi, des phrases décrivant la personne que l’on souhaite devenir et visualiser notre journée en se concentrant sur les émotions positives que cela nous évoque.

Mais est-ce que, avec cette méthode tout de même très dirigiste, on n’irait pas justement à l’encontre de nos individualités ? Si cela convient à l’un de se poser en silence avant de se répéter qu’il est beau, puis de lire quatorze pages de son roman et d’écrire trois alexandrins, ce ne sera pas le cas de tout le monde ! Qui est Hal Erold pour dire que ces six actions feront de nous des êtres accomplis ?  Je n’ai pas lu son livre et donc je ne peux que supposer – espérer – que ces six actions sont adaptables à chacun, mais je n’aime pas l’idée de devoir se forcer, de faire quelque chose « parce qu’il faut », sans que cela ait réellement un sens pour nous.

poached-eggs-on-toast-739401_960_720.jpg

Perso, depuis ma reprise du boulot en Juin dernier, dès que j’entendais le réveil sonner, j’enfilais ma brassière, un pantalon, et je descendais pour vingt-cinq minutes de fitness. Un moment à moi seule, accompagnée par la fraîcheur du matin et le coaching vidéo sur Youtube. Après ça, c’était parti pour la douche, le petit déj en écoutant la radio (et en amoureux, c’est plus sympa), puis le thé à savourer pendant la tétée du matin, avec un peu de lecture. Mon morning n’avait rien de miracle mais je peux te dire que c’était une très belle façon de commencer la journée.

J’en parle au passé parce que depuis trois semaines, le vénérable lardon ne fait plus du tout ses nuits. Difficile de savoir si c’est parce qu’il a mal au ventre, parce qu’il a appris à se retourner, parce que gencives ou parce qu’il fait très chaud dans sa chambre, mais toujours est-il qu’au lieu des fameuses nuits annoncées à partir de 4 mois, nous sommes passés à 2, 3, 4 réveils nocturnes… Comme c’étaient les vacances, le rythme avait changé, et on verra à la reprise si je reprends le sport du matin ou si je profite pour prolonger un peu ma nuit.

Quoi qu’il en soit, je ne me flagelle pas parce que je n’arrive plus à me lever tôt… Si en ce moment j’ai besoin de sommeil, bah c’est comme ça. Demain j’aurai peut-être besoin de muscler mes obliques, après-demain de presser mes oranges fraîches tous les matins. Je pense qu’être épanoui, ça commence par faire un maximum de choses qui nous font du bien, qui nous font plaisir. Et pas suivre à la lettre des consignes qui prétendent nous emmener à cet état de grâce. Par contre, si l’on a un projet, un rêve ou un idéal à atteindre, l’idée du miracle morning n’est pas déconnante. Elle suppose toutefois qu’on ait pas trouvé de meilleur créneau dans la journée pour se consacrer à son projet. Certains sont ultra-performants le matin, d’autres le midi, d’autres tard le soir… Dans tous les cas, l’idée est toujours de s’adapter à ses propres besoins. J’ai peur que le miracle morning fasse encore culpabiliser des gens qui ne sont tout simplement pas faits pour ce mode de vie.

woman-506120_960_720.jpg

Dernier point, soulevé à juste titre par Hal Erold : il faut avant tout travailler sur notre façon de se réveiller. Et le réveil chez nous, ce n’est certainement pas un snooze qui hurle à l’oreille ou un robot qui court se planquer à l’autre bout de la chambre en sonnant à pleins haut-parleurs. De la même façon que mes parents ne me réveillaient pas en allumant le plafonnier et en soufflant dans une vuvuzela, je pense que la douceur est essentielle à un bon réveil. Alors certes, parfois on ne saute pas immédiatement du lit, parfois on lézarde en maudissant cette nécessité de se lever, parfois il faut un gros coup de pied au cul et certains ont besoin d’un Manson hurlant à leur oreille pour sortir du lit. Mais pour se réveiller en forme, il existe aussi des méthodes assistées, comme les bracelets électroniques qui détectent dans quelle phase du sommeil vous êtes, et vous réveillent justement au meilleur moment. Avec l’exercice il paraît qu’on peut adapter l’heure de son coucher pour se réveiller au bon moment le matin – ce qui semble logique puisque nos cycles de sommeil ont une durée connue. Il n’y a pas forcément besoin de se réveiller à 5h30 et d’aller méditer pour se réveiller correctement et passer une journée épanouissante.

Enfin, c’est mon point de vue  🙂

Et vous ? Avez-vous testé la méthode ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous un rituel du matin qui vous fait kiffer vos journées ? (et accessoirement, un ou plusieurs lardons qui vous le piétinent allègrement ? 😀 )

Advertisements

4 réflexions sur “About miracle mornings

  1. Je lis ce bouquin en ce moment, et je suis super fan. Je pratique le « miracle morning » depuis bien longtemps, c’est ce qui me permet de prendre du temps pour moi avant de commencer ma folle journee. Ca me convient, mais je comprends que ce n’est pas pour tout le monde! 🙂

    J'aime

    1. C’est exactement ça !! Du moment que tu as trouvé la méthode qui te fait du bien, moi je ne peux qu’être admirative 🙂 (Surtout vu le disaster morning que j’ai eu ce matin avec mon p’tit lardon pas en forme ^^)
      Merci pour ton commentaire et bonne journée !

      J'aime

  2. Je suis tellement d’accord ! Tout est fait dans l’optimisation et la performance maintenant ! Se lever tôt, se manger un porridge hyper instagramable (l’instagrammer d’ailleurs), faire un « run » ou du yoga au bord de la mer, bien manger, tout jeter, bref, bonjour la pression et l’incitation à cette perfection si superficielle.

    Chacun est différent et on a pas tous envie de performance dans nos vie. Perso le temps pour moi je le prend quand j’ai envie, et même pas moyen de me lever avant 6h30 😮 (faut arrêter les conneries :o)

    J'aime

    1. Haha oui du coup quand je suis devant mes tartines trop grillées, la tête dans le cul à 7h30 du matin, forcément je ne me sens pas du tout instagrammable et pas du tout au top… Alors qu’en plus, mon p’tit déj du matin est déjà un moment sacré que je trouve agréable ! Mais on en est à mettre en scène les moindres instants de nos vies… Or comme tu dis, tout le monde n’a pas envie de performance !! Soyons déjà bien dans nos baskets et notre quotidien, ça sera déjà très bien 🙂 (et oui, avant 6h30 c’est mort on est d’accord^^)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s