Le lit au sol : bilan un mois après

Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de parler de la manière dont nous avons décidé de faire entrer la pédagogie Montessori à la maison.

Elle préconise d’aménager la chambre en quatre espaces distincts, chacun ayant sa fonction propre : la cuisine, la salle de bain, la chambre et l’espace d’éveil. Dans notre cas, les deux premiers sont bien définis avec respectivement un fauteuil à bascule dans un coin de la chambre (voir cet article) ainsi qu’une commode surmontée d’un plan à langer. Les deux seconds, en revanche, sont pour l’instant mêlés pour des raisons de praticité. En effet, le mobile est installé au-dessus du lit, grâce à un système de crochet amovible. Or, Madame Montessori nous dit bien que le lieu où on dort ne doit pas être encombré d’éléments pouvant déconcentrer le lardon. L’astuce c’est donc de retirer le mobile quand on décide que c’est l’heure de dormir, et de lui laisser le reste du temps.

Oui parce qu’il semblerait que nous ayons pondu un lardon diurne, qui n’est pas vraiment enclin à faire des siestes dans la journée – mais on ne peut pas lui en vouloir vu les belles nuits qu’il nous fait pour le moment !IMG_20160510_111948906

Bref, son lit est donc un espace polyvalent qui sert… A dormir, à s’éveiller, et à faire des câlins avec papa et maman ! Oui, car c’est là l’avantage considérable que je trouve au lit au sol. Pas besoin de se casser le dos pour aller soulever sa progéniture : puisqu’on l’attrape en position accroupie, y’a qu’à pousser sur les jambes pour se relever. Et je trouve particulièrement agréable de pouvoir s’asseoir juste à côté du matelas, calé avec le coussin d’allaitement, pour pouvoir consoler le lardon ou lui lire une histoire. Même si pour l’instant, les Aristochats, je pense qu’il n’en a rien à carrer.

Alors, en voyant cette photo, vous allez me dire : mais quel est ce mobile affreux ? Et je répondrai que c’est pas ma faute d’abord, c’est encore Maria, qui dit qu’un enfant de quelques semaines ne distingue que les contrastes forts. Il n’y a donc pas d’intérêt à lui présenter un mobile rempli d’oiseaux trop mignons ou d’éléphants qui chantent – même si, attention, je ne dénigre pas les jolis mobiles, au contraire j’adore ! Mais c’est vrai que le lardon peut passer trois plombes à regarder ces formes bouger, alors ma foi…

De nouvelles questions se poseront sûrement quand le matelas Bibed ne sera plus adapté, et on verra à ce moment-là comment on y répond.. J’imagine qu’il faudra s’adapter selon que le bébé a besoin d’être dans un espace restreint ou si, au contraire, il est comme sa mère et préfère un lit immense pour battre des gambettes 🙂

En tous cas pour l’instant nous ne regrettons pas le choix du lit au sol, même si l’on est bien conscients que le vrai challenge, c’est sûrement celui qui vient quand le bébé apprend à ramper… !

Publicités

Une réflexion sur “Le lit au sol : bilan un mois après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s